23/09/2022

J’ai effectué un second essai pour l’image associant planéité et profondeur en effectuant une composition dans laquelle des bandes sont légèrement moins épaisses que les espaces entre elles. J’en ai finalement fait deux car j’envisage un diptyque. Dans le premier tableau j’entrelacerai une grille dont les lignes horizontales passent par-dessus les lignes verticales à une grille dont les lignes verticales passent par-dessus les lignes horizontales. Dans le second j’entrelacerai une grille dont les lignes verticales passent par-dessus les lignes horizontales à une grille dont les lignes horizontales passent par-dessus les lignes verticales. Peut-être serait-il intéressant d’inverser également le code couleur.

22/09/2022

Par rapport à cette question de la planéité de la profondeur, j’ai repris aujourd’hui le principe « entrelacer une grille dont les lignes horizontales passent par-dessus les lignes verticales à une grille dont les lignes verticales passent par-dessus les lignes horizontales ». Comme dans mes tableaux du 16/04/2022 et 18/04/2022 la grille semblait être un motif disposé sur un fond, j’ai modifié la composition de façon à ce que, sur mon esquisse, les bandes soient de la  même largeur que les espaces entre elles. C’était une bonne idée mais reportées sur mon support de 30 cm x 30 cm (4 feuilles de 15 cm x 15 cm extraites d’un format A5 juxtaposées) les bandes me semblent un peu épaisses pour ce projet-là. Je pense plutôt utiliser cette composition pour effectuer la réconciliation du plein et du vide telle qu’envisagée dans le petit format du 24/06/2022.

21/09/2022

A partir des deux dessins effectués hier, je tente deux nouveaux entrelacements sur supports de 40 cm x 40 cm et de 50 cm x 50 cm. L’espace entre les bandes est légèrement plus larges dans ces compositions que dans les précédentes ce qui change l’apparence totale. Je ne m’en servirais pas pour une autre version de la réconciliation planéité-profondeur par l’association du rouge et du bleu mais pour deux autres réconciliations auquel j’ai pensé en retombant hier sur le livre « Art et technique » de Pierre Francastel. J’avais noté des oppositions tirées de ses observations dans la marge et notamment, à propos de la couleur : « aplat de couleur unie (modernisme) / aplat créés par un dégradé de couleurs (classique) » et « aplat de couleur unie (modernisme) / aplat par juxtaposition de touches de couleurs proches (modernité : impressionnisme) ». J’essaierai le premier principe sur le format de 40 cm par 40 cm et le second sur celui de 50 cm x 50 cm.

20/09/2022

J’effectue la composition de l’entrelacement grille rouge sur fond bleu – grille bleu sur fond rouge  sur un support de 40 cm x 40 cm (4 feuilles de 20 cm x 20 cm extraites d’un format A4 juxtaposées). J’effectue son opposé, l’entrelacement grille bleu sur fond rouge- grille rouge sur fond bleu sur un support de 50 cm x 50 cm (4 feuilles de 25 cm x 25 cm extraites d’un format A3 juxtaposées).

19/09/2022

J’effectue la composition de l’entrelacement inverse à celui d’hier, grille perspectiviste – grille frontale, sur un support de 50 cm x 50 cm formé d’une juxtaposition de 4 feuilles de 25 cm x 25 cm extraites d’un format A3.

18/09/2022

Je tenterais plus tard les monochromes sur support composé de plusieurs surfaces car je dois avancer pour la foire. Comme j’ai laissé mes papiers prédécoupés en vue de réaliser la série « centrifuge/centripète » dans mon atelier j’ai décidé de reproduire les compositions des derniers tableaux dont je suis contente en plus grand, selon ce principe de support composé. Je commence aujourd’hui avec la plus difficile. J’effectue la composition de l’entrelacement grille frontale – grille perspectiviste sur un support de 40 cm x 40 cm formé d’une juxtaposition de 4 feuilles de 20 cm x 20 cm extraites d’un format A4.

17/09/2022

Il faut que je me méfie parce que j’ai tendance à top généraliser mes principes mais je crois que je pourrais appliquer celui de juxtaposer des papiers à la plupart des travaux que je fais. Je ne sais pas l’interpréter mais c’est une volonté qui revient sans cesse depuis que je tiens ce journal, et par ailleurs, j’aime vraiment beaucoup l’idée de pouvoir créer avec une pochette de papier et une boîte de pastels, d’être mobile en quelque sorte.

16/09/2022

Mon collègue m’a dit aussi qu’il avait bien aimé, dans la photo de mon essai visant à reproduire le vert des façades de Gènes que je lui avais envoyé, la sorte de contradiction entre le monochrome uniforme pouvant en théorie se déployer à l’infini, et la marge blanche qui le limitait. En fait, cette marge n’était pas volontaire et ça me semble personnellement une amputation un peu brutale. Je ne suis pas sûre de l’assumer mais je pense que je pourrais effectuer mes monochromes sur des supports constitués de plusieurs papiers juxtaposés. La discontinuité entre les aplats de couleurs devrait créer une altération plus douce de la qualité de monochrome.

15/09/2022

J’ai montré mes tests colorés à un collègue peintre. Je voulais savoir s’il était pertinent d’essayer d’en faire des tableaux. Il semble penser que oui mais il m’a conseillé de ne pas les faire trop grands. Au vu de leur quasi-absence de contrastes, ce sont des compositions qui s’adressent à l’œil, pas au corps. Le format doit correspondre à ce principe.

14/09/2022

J’ai décidé de faire une pause dans le dessin pour les quelques jours où je suis loin de mon atelier. Sur des surfaces de 10 cm x 10 cm, j’ai tenté différents procédés pour créer des gris colorés. C’était très agréable. Ma démarche est beaucoup plus intuitive, bien moins intellectualisée quand je suis dans la couleur. J’en suis venue à faire six monochromes gris teintés de couleurs différentes (un rose, un vert, un bleu, un orange, un jaune et un violet) dont chacun semble contenir sa complémentaire qui perce par endroits. Je ne l’ai pas fait pour ça mais j’aime bien ce mélange parce que deux couleurs complémentaires mêlées produisent du gris.

13/09/2022

J’ai tracé la composition 2. Ce n’était déjà pas facile d’entrelacer deux images de grilles différentes selon une troisième grille mais le faire sur une quatrième grille (celle de la découpe des feuilles) qui ne correspond pas à la troisième rend vraiment les choses compliquées.

12/09/2022

J’ai tracé la composition 1 telle que je l’avais imaginée initialement, sur la feuille que j’avais découpée la semaine dernière. Elle est simple mais comme la surface est petite (20 cm x 20 cm) elle ne me semble pas trop simple. Je me dis par ailleurs que je pourrais penser l’application de la couleur de façon que le procédé d’entrelacement, finalement invisible, apparaisse légèrement. Il faudrait que je le suggère soit dans les bandes de la grille, soit dans les surfaces situées entre elles de façon que sa présence soit très discrète.

11/09/2022

Même si je sais qu’elle ne fera pas partie de la série que je vais présenter à la foire, j’ai choisi de pastelliser la composition tracée hier. Je voulais trouver un rose gris pouvant s’accorder à mon vert gris. J’ai mis un peu de jaune et de blanc dans la sous-couche et je crois que je m’approche de ce que je cherche. Il faudrait que je trouve un jaune moins acide, plus ocre pour la prochaine composition.

10/09/2022

J’ai fait un premier test pour la composition 1. Comme j’avais peur qu’un entrelacement par deux bandes horizontales et deux bandes verticales produise une image trop peu complexe, j’en ai tenté un par quatre bandes horizontales et quatre bandes verticales. La composition est bien mais j’ai quand même envie d’essayer la version à laquelle j’avais pensé en premier. Je trouverais mieux, en effet, que sur la première pièce de la série, le procédé d’entrelacement à défaut d’être évident, soit plus compréhensible. J’ai par ailleurs coupé la composition qui fait 20 cm x 20 cm en quatre chutes de papiers de 10 cm x 10 cm. J’aime beaucoup l’effet que produit l’assemblage des morceaux, mais, là encore, je pense qu’il vaut mieux attendre la deuxième pièce pour le mettre en œuvre. La découpe a ici été effectuée après coup alors que dans les autres cas, elle est nécessaire à la création de la surface.

09/09/2022

J’ai relu toutes les notes de mon journal qui concernent la série centrifuge/centripète et j’ai tracé les esquisses de l’ensemble des compositions. J’ai noté, à côté de chacune d’elles, les couleurs que je devrais utiliser. Je vais pouvoir commencer à tracer les compositions.

08/09/2022

J’ai fait des tests de couleur aujourd’hui. J’ai trouvé le vert que je cherchais et j’ai réussi à reproduire l’effet non uniforme des façades de Gênes. J’ai d’abord appliqué en nuage beaucoup de poudres vertes différentes provenant de pastels très secs. J’ai ensuite appliqué un pastel vert légèrement plus gras que j’ai tamponné à la gomme mie de pain pour retrouver, par endroits, les premières couches. Enfin, j’ai recouvert le tout de deux gris un sec et un semi-sec, un clair et un moins clair et j’ai recommencé le procédé d’estompage à la gomme pour retrouver un peu de lumière.  

06/09/2022

Je pensais hier qu’une fois ma série centripète/centrifuge terminée, je me remettrai à travailler sur l’opposition abstraction lyrique/abstraction géométrique (02/06/2022) en vue de l’exposition chez Barbara. Je me dis maintenant qu’au vu de nos précédentes collaborations, je devrais lui proposer une pièce qui fait cohabiter sur une même surface action painting et colorfield painting. Barbara qui est très expressive et déborde d’énergie a souvent présenté mes pièces plutôt méditatives, ça nous correspondrait bien.

05/09/2022

J’ai échangé hier avec la galeriste Barbara Polla. Je suis très contente car elle m’a invitée à participer à une exposition collective qui se tiendra dans son espace à Genève en décembre prochain. Elle m’a dit concevoir l’évènement comme une célébration des diversités artistiques. Au vu de ce thème, je pense que je devrais lui proposer une pièce qui évoque la coexistence possible d’oppositions plutôt que la fusion de contraires en une nouvelle forme.

04/09/2022

Dernière découpe et dernier traçage, j’ai maintenant le support de la dernière composition de la série.

03/09/2022

J’ai réalisé le support de la composition 7. Il ne m’en reste plus qu’une à faire.

02/09/2022

J’ai effectué la même opération qu’hier pour la composition 6.

01/09/2022

J’ai découpé et tracé ma grille sur le support de la composition 5.

31/08/2022

J’ai procédé au découpage des compositions 3 et 4 et tracé par-dessus la grille de l’entremêlement.

30/08/2022

J’ai découpé dans des feuilles A3 les carrés de papier dont j’aurais besoin pour former les surfaces des compositions 1 et 2 et j’ai tracé dessus la grille de 10 cm x 10 cm de l’entrelacement.

29/08/2022

Je suis à Bologne où les teintes sont les mêmes qu’à Gênes. Je prends des photos des façades dont les couleurs m’intéressent. Je les imprimerai pour pouvoir choisir les bâtons les plus proches lors de ma prochaine visite à la maison du pastel.

27/08/2022

Je suis très contente du choix opéré hier car certaines découpes posséderont un centre (les juxtapositions de 4 ou de 16 surfaces) quand d’autres n’en posséderont pas (les juxtapositions de 9 surfaces ou la surface unique de la composition 1). Cette présence ou absence de centre ne correspondra cependant pas à la présence ou absence de centre dans les compositions puisque je ferais les compositions qui possèdent un centre sur mes formats de chiffre impair (30 cm x 30 cm, 50 cm x 50 cm, 70 cm x 70 cm, 90 cm x 90 cm) et les compositions qui ne possèdent pas de centre sur les formats de chiffre pair (20 cm x 20 cm, 40 cm x 40 cm, 60 cm x 60 cm, 80 cm x 80 cm). Cette non-correspondance accentue l’entremêlement de ce qui, sinon, pourrait apparaître comme deux séries distinctes.

26/08/2022

J’ai déterminé aujourd’hui la manière dont j’allais découper mes feuilles pour créer mes surfaces à partir de juxtaposition de papiers carrés. J’ai choisi d’indexer la découpe sur un principe d’économie : extraire le maximum de surfaces à partir de mes feuilles A3. Composition 20 cm x 20 cm : 1 feuille A3 (1 surface de 20 cm x 20 cm). Composition 30 cm x 30 cm : 2 feuilles A3 (4 surfaces de 15 cm x 15 cm). Composition 40 cm x 40 cm : 2 feuilles A3 (4 surfaces de 20 cm x 20 cm), Composition 50 cm x 50 cm : 4 feuilles A3 (4 surfaces de 25 cm x 25 cm). Composition 60 cm x 60 cm : 5 feuilles A3 (9 surfaces de 20 cm x 20 cm). Composition 70 cm x 70 cm : 9 feuilles A3 (9 surfaces de 23,3 cm x 23,3 cm). Composition 80 cm x 80 cm : 9 feuilles A3 (9 surfaces de 26,6 cm x 26,6 cm). Composition 90 cm x 90 cm : 16 feuilles A3 (16 surfaces de 22,5 cm x 22,5 cm).

24/08/2022

Je vais faire les compositions de la série centrifuge/centripète au pastel. Je pars demain en avion, je ne pourrai pas transporter mes tubes de peinture.

22/08/2022

J’ai finalement décidé d’effectuer cette série sur papier. Je pense que ça a plus de sens d’utiliser ce support pour ces compositions qui répondent au principe de l’entrelacement. J’aime l’idée que la découpe des papiers produise une autre grille ne se superposant pas à la grille de l’entrelacement. Je crois que c’est important qu’une troisième grille vienne encore brouiller l’image. En revanche, j’hésite toujours entre la peinture ou le pastel.

21/08/2022

Je suis à Paris devant mes grands châssis mais aussi devant mes pots de peinture et je me demande si je ne devrais pas faire la série centrifuge/centripète en peinture sur toiles. Les mélanges sont plus agréables à effectuer en peinture qu’en pastel.

17/08/2022

Pour éviter l’aspect « chambre d’enfant », j’ai appliqué du gris sur l’esquisse réalisée avant-hier. Le résultat n’est pas plus convaincant. Les couleurs semblent salies et c’est pire vu de loin. Je crois qu’il faut renoncer au papier velours pour effectuer des aplats. C’est un support intéressant pour capter un geste (sa force, sa vitesse) mais il n’est pas adapté pour créer des surfaces uniformes.

15/08/2022

Comme le papier velours retient la poudre, j’ai décidé de fabriquer des couleurs très pâles en mélangeant mes pastels rose et vert réduits en poudre avec une grande quantité de pastel blanc. J’ai tracé une croix au crayon sur la chute du papier velours A4 utilisé l’autre jour et j’ai appliqué ces deux mélanges sur les quatre cases, selon une logique de damier. J’ai eu beaucoup de mal à appliquer les poudres uniformément et je ne trouve pas le résultat intéressant. Associée aux couleurs claires, la texture particulière du papier velours évoque une moquette de chambre d’enfant. Par ailleurs, le crayon de papier ne disparaît pas sous ces couleurs diluées. Mes surfaces ont des contours trop nets. Ça donne un résultat Hard Edge qui ne m’intéresse pas non plus.

13/08/2022

J’ai tenté de pastelliser la composition tracée hier. Je voulais poudrer en rose les deux grilles entrelacées et en vert les surfaces situées entre elles après avoir appliqué quelques taches du gris le plus neutre que je possède sur la surface. Ça n’a pas du tout fonctionné. Le papier velours agrippe la poudre, c’est impossible de laisser une trace légère sur ce support. À cause de la très grande quantité de poudre prise dans le papier, les couleurs sont très fortes, beaucoup trop présentes pour moi.

12/08/2022

J’ai tracé aujourd’hui la plus petite composition de la série centripète/centrifuge. J’ai décidé de la réaliser sur la plus grande surface carrée que je pouvais extraire de mon papier velours A4. Le support fait 20 cm x 20 cm et la composition correspond à l’entrelacement d’une grille non-all-over à une grille all-over selon une troisième grille de quatre bandes et quatre colonnes (c’est-à-dire selon une structure sans centre apparent). Bien que je n’aie pas beaucoup appuyé sur le crayon, mes tracés sont très présents et il n’est pas possible de les gommer.

10/08/2022

Je suis allée chercher des papiers adaptés au pastel. J’ai trouvé un papier velours très doux qui me plaît beaucoup. Il existe en deux formats A4 et A3. J’ai pris une feuille A4 pour commencer.

06/08/2022

J’ai utilisé le reste de mon papier pour tester l’ensemble de mes pastels. Je cherchais à composer des couples « primaire/complémentaire » avec les couleurs les plus pâles et les plus grises que je possède. C’est très curieux car la poudre appliquée au pinceau n’a jamais la même couleur que le bâton de pastel.

05/08/2022

J’ai bien fait de ne pas découper toutes mes feuilles hier car je viens de pastelliser une partie de la composition tracée hier et ça ne fonctionne pas. Le grain du papier est trop épais, il apparaît de manière très nette à travers la poudre, ça ne me plaît pas du tout.

04/08/2022

J’ai commencé la série centrifuge/centripète en découpant la plus grande surface carrée possible au sein d’un papier format raisin. Le support fait 50 x 50 cm mais je pourrais en juxtaposer plusieurs pour les plus grandes compositions. J’ai suffisamment de ces feuilles héritées des Beaux-Arts pour effectuer la série complète. J’ai tracé sur celle-ci la composition d’une grille all-over entrelacée à une grille non-all-over selon une troisième grille comportant une bande et une colonne centrale.

02/08/2022

J’ai découvert aujourd’hui mes pastels gris, ils tendent un peu vers le bleu mais ils me plaisent énormément. Je vais pouvoir commencer mes papiers autour de la série centrifuge/centripète que je veux montrer à la foire de Rome.

01/08/2022

J’ai visité Gènes ce week-end. L’esthétique des façades, des couleurs pastel qui se fondent les unes dans les autres avec le gris de la pierre qui sourd derrière la peinture, me plaît beaucoup. J’y vois une solution pour rendre mes compositions plus grises (21/07/2022). Il faut que je commence par une couche de poudre grise et que je la laisse transparaître à certains endroits.

28/07/2022

Je regarde aujourd’hui une photographie que Mickael Romanenko m’a envoyée la semaine dernière. Il s’agit d’une image d’un travail pour lequel il a emprisonné ses lignes de vies hésitantes sous une grille aux lignes bien rigides. Il y a cette opposition lyrique-géométrique que j’ai déjà commencé à travailler mais il y a aussi, ce qu’il n’y a pas dans ma pièce, un mélange d’une esthétique un peu sale et d’une esthétique hyper léchée. C’est très intéressant car c’est une opposition forte dans l’histoire de l’art.

26/07/2022

J’ai réfléchi à cette histoire de papiers juxtaposés qui m’a fait repenser, et à mon rêve (08/02/2022) et à la grande œuvre de Pétrovitch (26/04/2022). J’ai enfin trouvé la solution pour faire des grands formats en utilisant seulement du papier. Oui, il faut que j’assemble des feuilles de format carré car le format rectangulaire n’a aucun sens pour moi, mais il ne faut pas que ces carrés correspondent aux carrés qui me servent à mêler les deux images initiales. Au contraire, ces autres carrés, doivent brouiller encore davantage la composition. Il y aurait les carrés du support, les carrés du procédé d’entrelacement des deux images et les carrés du motif de la grille présent dans chacune d’elles.

24/07/2022

J’ai vu hier la très convaincante exposition « Hockney-Matisse, un paradis retrouvé ». J’aime beaucoup l’usage qu’Hockney fait des papiers. Sa manière de les agencer de façon à produire des surfaces aussi larges que celles que pourraient lui offrir des toiles de grand format est très humble. Le papier est plus fragile que la toile mais en plus le spectateur voit les jointures.

23/07/2022

J’ai décidé, avant de me lancer dans la production de nouvelles pièces, de classer mes travaux précédents. J’essaie de mettre en relation les œuvres et les croquis préparatoires car, à force, je ne sais plus à la mise en équilibre de quels procédés correspond chacune d’elles.

22/07/2022

J’ai eu hier le rendez-vous téléphonique avec Marina. Elle va me présenter à la Roma Arte in Nuvola du 17 au 20 novembre 2022. Elle viendra dans mon atelier sélectionner les œuvres fin octobre. Elle veut aussi organiser une exposition solo dans son espace l’année prochaine.

21/07/2022

J’ai choisi, pour mon anniversaire, un ensemble de pastels de la gamme « Gris de Nuée » produite par la Maison Roché. Guillaume m’avait offert leur assortiment de douze pastels gris l’année dernière mais je ne les trouve pas vraiment gris, il s’agit plutôt de couleurs tirant vers le gris. J’espère que ceux que j’ai choisis aujourd’hui seront plus proches de mélanges de noir et blanc. J’aime vraiment l’idée de travailler avec cette non-couleur.

20/07/2022

J’ai répondu à la dixième et dernière question concernant les peintres que je ne regarde pas assez et auxquels je devrais m’intéresser plus en mentionnant tous les artistes de la tradition « réflexive » qui ont tenté de définir la peinture par les moyens de la peinture.

19/07/2022

J’ai aujourd’hui répondu à la neuvième « Quels artistes tu ne regardes pas ? » en évoquant l’art qui souhaite incarner un discours précis et provoquer chez le spectateur une réaction spécifique. J’ai mentionné mon aversion particulière pour les œuvres porteuses d’un discours moral. J’ai poursuivi avec la question de l’humour dans l’art dont je comprends l’intérêt mais qui ne me touche pas.

18/07/2022

J’ai répondu à la huitième question sur la relation entre ces trois artistes en évoquant leur rapport à la persévérance, dimension qui est très importante pour moi.

17/07/2022

J’ai clos aujourd’hui la série de mes influences avec la pratique sensible de Martin en mentionnant mon admiration pour sa capacité à susciter un maximum d’émotion avec une économie de moyens plastiques réduite au minimum.

16/07/2022

Pour ma réponse à la sixième question, j’ai développé la raison principale de mon engouement pour la pratique de Frize, lequel est à l’écoute de la matérialité de son médium comme peu d’artistes le sont.

15/07/2022

J’ai répondu à la question sur les peintres dans la lignée desquels j’aimerais m’inscrire en décrivant ma fascination pour l’œuvre spectaculairement intelligente de Mondrian.

14/07/2022

Je me suis attaquée à la quatrième question « Quels artistes regardes-tu ? » en évoquant les artistes figuratifs contemporains dont je partage les préoccupations sur les images.

13/07/2022

Pour répondre à la troisième question, je suis revenue aujourd’hui sur l’aspect sensible de mon travail. J’ai énuméré, sans tenter de les expliquer, l’ensemble des choix ne se justifiant ni par le projet intellectuel du dernier tableau ni par les contraintes matérielles des éléments avec lesquels je compose : la non-forme de la grille, la matière poudreuse du pastel, les couleurs en nuances de gris pâles, etc.

12/07/2022

J’ai rédigé ma deuxième réponse sur l’aspect concret de mon travail. J’ai expliqué que les spécificités propres aux procédés que je souhaite mettre en tension impliquent d’expérimenter des types d’équilibre différents qui eux-mêmes ne produisent pas les mêmes effets. L’entrelacement, c’est une fusion, la juxtaposition une coexistence et certains procédés ne peuvent pas fusionner quand d’autres ne peuvent pas simplement coexister.

11/07/2022

J’ai tenté aujourd’hui de répondre à la première question « Comment décrire ta pratique ? ». Je suis revenu sur l’origine de ce travail qui consiste à mêler des principes qui se sont opposés, parfois de façon très conflictuelle, durant l’histoire de l’art. J’ai expliqué mon désir de prendre le mythe d’effectuer « la dernière peinture » au sérieux : « Qu’est-ce que pourrait être le dernier tableau aujourd’hui, à une époque qui précisément ne croit plus au récit progressiste de l’histoire de l’art que l’abstraction entendait clore ? »

10/07/2022

Cette semaine sera consacrée à des travaux d’écriture. Il faudrait que je réponde à plusieurs questions pour ma galeriste Marina Bastianello qui doit m’appeler à la fin de la semaine prochaine. Nous ferons traduire mes réponses en temps voulu.

08/07/2022

Par contraste, je me rends compte à quel point la matière compte peu dans mon travail, non seulement j’ai choisi de travailler de manière quasi exclusive au pastel sec que je réduis en poudre avant de l’appliquer au pinceau mais en plus je ne cherche jamais à faire des effets de textures. Il faudrait que je réfléchisse à ce point car il y a certainement des oppositions à neutraliser par ce biais.

07/07/2022

Eva Nielsen dit qu’elle a choisi de nommer sa dernière exposition chez Jousse « Intarsia » parce qu’elle a, dans les deux séries qu’elle y présentait, juxtaposé des matériaux aux propriétés antagonistes (la rigidité du cuir et la souplesse de la soie). Je trouve intéressant de trouver cette volonté d’assembler des contraires chez Eva qui est figurative et je suis aussi interpellée par le fait que ça se joue chez elle par la matière.

03/07/2022

J’ai unifié encore les surfaces roses et vertes en les recouvrant toutes deux de blanc et j’ai, pour ajouter encore de l’indistinction, repassé sur les tracés au crayon avec le pastel blanc médium. J’aime beaucoup le résultat, nébuleux de loin, net de près. Je considère ce tableau fini.

02/07/2022

J’ai pastellisé en rose pâle les surfaces restantes des deux grilles sur ma toile de 120 cm x 120 cm. Je suis contente de ce rose qui est de même intensité que le vert, aucune des deux couleurs ne domine l’autre.

01/07/2022

J’ai poudré les surfaces vertes de la seconde grille de l’entrelacement d’une grille frontale et d’une grille perspectiviste sur format de 120 cm x 120 cm.

27/06/2022

J’ai pastellisé les quatre dernières compositions de la série cruciforme/non cruciforme. J’ai procédé à l’inverse d’hier, poudrant les bandes en blanc lumineux et les espaces entre elles en blanc mat. La série est finie. Esthétiquement elle me plaît mais je me demande en revanche si le blanc, ici, se justifie.

26/06/2022

J’ai poudré les quatre premières compositions de la série des huit dessins correspondant à l’entrelacement d’une même image de grille selon une grille cruciforme et une grille non cruciforme. J’ai choisi un blanc mat pour les bandes et un blanc lumineux pour les espaces entre elles.

25/06/2022

J’ai pastellisé la composition tracée hier. J’ai couvert de blanc les bandes dans certaines cases et recouvert du même blanc les surfaces entre les bandes dans d’autres cases. J’aime beaucoup le résultat. L’usage du pastel blanc sur papier blanc ajoute à l’indistinction que produit l’entrelacement de la même grille traitée en plein ou en vide.

24/06/2022

J’ai tracé une composition visant à montrer la résolution de l’opposition plein/vide. À ce stade c’est une grille classique.

20/06/2022

J’ai terminé de poudrer les surfaces vertes d’une des grilles de l’entrelacement en grand format d’une grille frontale et d’une grille perspectiviste. J’ai dû gommer et recommencer toute une partie car j’avais oublié une petite surface. Cet oubli a induit une série de décalages.

16/06/2022

Cette histoire de boucle qui transforme la grille en forme me fait prendre conscience que ce que je nomme la forme grille est en fait une antiforme.

15/06/2022

J’ai voulu faire aujourd’hui le croquis préparatoire de la composition imaginée hier mais je n’arrive pas à faire la grille boucle autrement qu’en tout petit format. Ce n’est pas grave, un ami peintre m’a montré un catalogue consacré à Motherwell dans lequel on voit qu’il faisait de petites esquisses avant de reporter son dessin sur de très grands formats par le biais d’une mise au carreau classique. Cette technique lui permettait de maîtriser sa composition toute en conservant la force du geste. Peut-être est-ce à cause de cette référence mais j’imagine effectuer cette composition au pastel noir sur fond blanc.

14/06/2022

En fait l’image à laquelle je suis parvenue hier me fait penser aux « Recreations » de Morellet (1994). C’est moins la déformation de la grille prise pour modèle (Peinture – 16 carrés, 1953) qui frappe dans ces œuvres que le fait que les nouvelles grilles sont fermées sur elles-mêmes à cause des fils des néons qui « bouclent » la forme. Je vais entrelacer une grille ouverte avec une grille comme celle tracée hier, une grille qui fait boucle. Ce sera une autre manière de montrer la résolution de l’opposition centrifuge/centripète.

13/06/2022

J’ai fait plusieurs essais aujourd’hui pour mes derniers tableaux mêlant grille souple et grille rigide. Je devais m’entraîner pour que la grille souple tracée au crayon le soit vraiment. Je voulais acquérir une liberté de geste. Je suis contente car j’en suis venue à faire une grille sans lever le crayon du papier. Je ne pense pas l’utiliser pour ce projet mais il y a quelque chose qui m’intéresse dans l’image obtenue.

09/06/2022

J’ai commencé à poudrer la composition dessinée hier. J’ai choisi un vert d’eau que j’ai appliqué sur certaines des surfaces de la grille frontale. J’ai encore beaucoup à faire mais je pars demain.  

08/06/2022

J’ai reçu hier la toile de 120 cm x 120 cm que j’avais commandée. J’ai tracé aujourd’hui la composition du Dernier tableau en date du 10/02/2022 (entrelacement d’une grille frontale et d’une grille perspectiviste).

07/06/2022

J’ai fait aujourd’hui le croquis préparatoire de la composition imaginée hier. Je l’ai fait sur petit format avec des lignes assez denses et un entrelacement serré.

06/06/2022

À cause de cette histoire de lignes qui constituent le cadre ou qui appartiennent à la composition, je réfléchis à d’autres façons de mettre en scène la fin de l’opposition centrifuge/centripète. Je me dis maintenant qu’il serait aussi possible de mêler une grille dont les lignes se déploient jusqu’aux bords de la toile avec une grille dont les lignes les plus extérieures s’arrêtent avant les bords de la toile.

05/06/ 2022

Je compare mes deux compositions réalisées en préparation du diptyque et je me dis que la composition dans laquelle la grille tracée est irrégulière ne devrait pas comporter de cadre. En effet, dans la composition qui présente un tracé de grille régulière, le cadre n’en est pas un, les quatre lignes qui entourent la composition se situent à égale distance des lignes qui leur sont les plus proches que les autres lignes entre elles. Elles font partie de la composition.

04/06/2022

J’ai fait un premier test de la version opposée à celle effectuée hier. J’ai dessiné une grille très droite et j’ai improvisé des aplats dont les limites, peu régulières, ne correspondent à aucun des tracés de la première grille. J’ai rencontré ici un autre problème, mes aplats sont si irréguliers dans leurs formes, formats et dispositions qu’on en perd l’idée de structure en grille. Ce n’est pas le cas de la grille au crayon irrégulière tracée hier et je préfère.

03/06/2022

J’ai fait un premier test pour une des compositions de mon diptyque. J’ai tracé à main levée une grille présentant des écarts irréguliers et j’ai poudré en pastel blanc des surfaces carrées disposées à intervalles réguliers. Mon désir d’un dessin spontané m’a engagée à appuyer plus fortement sur le crayon lors du tracé de la grille. Il faudra rectifier cet aspect dans la composition finale car la grille dessinée doit disparaître au profit des aplats de pastel lors du regard en biais.

02/06/2022

J’ai envie de poursuivre l’idée d’une image rigide et d’une image souple occupant la même surface mais invisibles en même temps. Je vais faire un diptyque, deux compositions juxtaposées sur une même feuille. D’un côté une grille très régulière tracée au crayon et des aplats de poudre aux formes souples disposés aléatoirement. De l’autre une grille irrégulière tracée à main levée et des plages de pastel aux contours nets agencées en damier. Ce sera une façon d’exposer la fin de l’opposition abstraction lyrique/abstraction géométrique.

31/05/2022

Aujourd’hui, j’ai tracé la composition imaginée hier. Sur une surface de 20 cm x 20 cm, j’ai entrelacé une image de grille dont j’ai poudré la forme à une image de grille dont j’ai poudré le fond. Je suis contente du résultat. Lorsqu’on regarde la surface de face, on voit les lignes tracées au crayon bien taillé. Elles sont nettes et droites et se présentent à intervalles réguliers. L’ensemble est très structuré. Lorsqu’on regarde la surface de biais, on voit seulement les plages de pastel. Elles sont poudreuses, arrondies sur leurs bords car je n’ai pas pu suivre exactement les tracés avec mon pinceau imbibé de pastel et disposées selon une logique assez difficile à comprendre. L’ensemble est nuageux. J’aime ce contraste, présent mais invisible en un seul regard.

30/05/2022

Je consulte le catalogue de l’exposition du MAMAC à la recherche de l’œuvre Con il cannone di pasquali de Renato Mambor. Dans ce tableau, le centre de la toile est couvert d’un aplat vert au sein duquel se découpent, en creux, des silhouettes de personnages alors que, de part et d’autre de cet aplat, des silhouettes, en plein, se découpent sur la toile laissée vierge. Je veux utiliser cette opposition pour poursuivre la mise en scène de la fin de l’opposition entre forme sur fond et fond et forme mêlés. C’est pour ce projet qu’il faudra utiliser un blanc qui se distingue à peine du blanc du papier.

26/05/2022

Je suis allée acheter deux pastels blancs. J’ai pris le plus lumineux et le plus terne de la gamme.

22/05/2022

J’ai dessiné la composition imaginée hier. J’ai entrelacé une grille dont les bandes sont deux fois plus larges que la surface située entre elles avec une grille dont les bandes sont deux fois moins larges que la surface située entre elles. J’ai pastellisé les bandes des grilles avec le blanc médium et laissé les surfaces entre les bandes vierges de poudre. Je trouve la composition un peu simple et le blanc trop terne, il ne contraste pas assez avec la matité du papier.

18/05/2022

Sur la toile Zebra e Colosseo de Renato Mambor, le fond fait forme parce que sa surface unie est aussi étendue que les autres aplats. Il faudrait entrelacer une image au sein de laquelle la surface occupée par la grille est plus large que la surface sans grille à une image dans laquelle la surface occupée par la grille est moins large que la surface sans grille. Ce serait une façon d’afficher la fin de l’opposition entre forme sur fond et fond et forme mêlés.

17/05/2022

J’ai assisté cette semaine au vernissage de l’exposition Vita Nuova au MAMAC de Nice. Il y avait deux toiles de Renato Mambor. C’est vraiment un peintre ! Les questions qu’il se pose et les réponses qu’il donne sont totalement picturales. Sa toile Zebra e Colosseo m’a confirmé que je devrais effectuer la série sur laquelle je travaille en ce moment dans des couleurs très proches de celle du fond, sinon les espaces laissés vierges, finalement assez nombreux, seront trop présents.

14/05/2022

J’ai reporté mon dessin de grille au sein des surfaces dédiées de mes structures préparatoires. J’ai maintenant les huit compositions correspondant à l’entrelacement d’une même image de grille selon une grille cruciforme et une grille non cruciforme.

12/05/2022

Aujourd’hui, j’ai fait les structures préparatoires des quatre déclinaisons de la composition opposée à celle d’hier. J’ai entrelacé une surface vierge carrée de 12 cm x 12 cm divisée selon trois bandes verticales avec une autre surface vierge carrée de même dimension divisée selon quatre bandes horizontales. Cela donne exactement les mêmes structures que celles tracées hier.

11/05/2022

J’ai effectué les structures préparatoires d’un entrelacement d’une même grille selon deux grilles différentes. J’ai mêlé une surface vierge carrée de 12 cm x 12 cm divisée selon quatre bandes verticales avec une surface identique divisée selon trois bandes horizontales. J’ai pu faire les croquis de quatre déclinaisons différentes en inversant l’ordre du dessus-dessous et en alternant les cases (1, 3, 6, 8, 9, 11, 14, 16 et B, D, F, H pour la première variante ; 2, 4, 5, 7, 10, 12, 13, 15 et A, C, E, G, I pour la seconde).

05/05/2022

Toujours dans le but de faire image de la fin de l’opposition centrifuge/centripète et, plus précisément, par rapport à cette question d’une composition structurée à partir d’un centre ou non, je pense aujourd’hui que je pourrais entrelacer deux images de grille découpées selon deux grilles différentes. La première grille serait divisée selon trois bandes verticales et trois bandes horizontales, la seconde serait divisée en quatre bandes verticales et quatre bandes horizontales. J’imagine qu’un tel entrelacement ferait apparaître des espaces vacants mais je peine à visualiser plus précisément ce que ça pourrait donner.

04/05/2022

Je suis allée chercher un pastel Roché blanc médium. Je vais pouvoir augmenter ma gamme de couleurs pâles sans acheter de nouvelles couleurs.

02/05/2022

Je colorie avec les deux noirs cette nouvelle composition, elle me plaît beaucoup. La structure redouble le double mouvement incarné par les effets d’absorbement et de réflexion des matériaux employés.

01/05/2022

Je réalise aujourd’hui la composition inverse à celle terminée la semaine dernière. J’entrelace par le moyen d’une grille de trois bandes horizontales et trois bandes verticales, deux grilles de quatre bandes horizontales et quatre bandes verticales. Je le fais sur un petit format de 10 cm x 10 cm.

29/04/2022

J’ai acheté quatre cadres carrés faits de fines baguettes de chêne clair. Ils sont parfaits pour mes dessins au pastel et existent en différents formats (25, 30, 40, 50, 60 cm).

26/04/2022

Aujourd’hui, j’ai écouté Françoise Pétrovitch évoquer son travail dans l’Art et la matière. Elle parlait d’une grande œuvre qu’elle a réalisée en juxtaposant plusieurs feuilles à dessins. Cela m’a évoqué mon rêve dans lequel je faisais de la peinture figurative. Comme j’aime la légèreté du papier par rapport à la toile (sa fragilité en fait), je pourrais jouer mes associations de deux grilles en juxtaposant des feuilles ; non pas des formats A4 comme dans mon rêve, mais des formats carrés. J’ai peur néanmoins que ça rende trop immédiatement visible le procédé d’entrelacement de deux images.

23/04/2022

J’ai mis « en couleur » la composition tracée hier. J’ai bien fait de la faire en petit car je suis mécontente du résultat. L’hommage à Ad Reinhardt est perdu. On dirait une composition néoplastique, avec un effet texture décoratif.

22/04/2022

« L’extrême concentration sur la matérialité de ce dernier (le tableau), sur les moyens formels mis en œuvre, produit un résultat paradoxal qui est précisément le dépassement de cette matérialité » écrit De Chassey à propos d’Ad Reinhardt. Je dessine aujourd’hui une composition qui me semble insister sur ce double mouvement matériel/spirituel. J’effectue deux grilles cruciformes ternaires (spirituel) que j’entrelace selon une grille de quatre bandes horizontales et quatre verticales (matériel).

21/04/2022

J’ai fait aujourd’hui un dessin entrelaçant une grille au crayon graphite sur un fond à la pierre noire et une grille à la pierre noire sur un fond au crayon graphite. Je l’ai effectué sur papier de 15 cm par 15 cm. Je suis très contente de l’effet de matière mais, comme j’ai mêlé deux compositions de grilles identiques dans leur forme, la composition finale est trop régulière. Ces nuances de noir me font penser aux Ultimate Paintings d’Ad Reinhard; il faudrait que je pense la composition pour constituer un hommage.

20/04/2022

J’ai acheté trois crayons pour mon projet de tableau entrelaçant une grille absorbant la lumière à une grille la réfléchissant. J’ai choisi deux graphites très noirs (un très tendre et un moyen tendre) et un 7B plus noir encore qui imite l’aspect graphite mais n’en est pas. À mon avis, il faut, pour l’effet de lumière recherché, que je m’en tienne au graphite.

19/04/2022

J’ai entendu une artiste parler d’une opposition; elle disait qu’elle utilisait la pierre noire plutôt que le graphite car la pierre noire absorbe la lumière là où le graphite la réfléchit. Je retiens ce procédé que j’aimerais pouvoir tester tout de suite.

18/04/2022

J’ai poudré la composition tracée hier. J’écoutais en même temps le cours de Deleuze sur la peinture. « Un tableau est un équilibre sur le point de se défaire », je ne pense pas que ce soit vrai de tous les tableaux mais dans mon cas c’est juste. L’équilibre de ce tableau semble sur le point de se défaire ou de se réajuster autrement. La couleur, la forme, la matière sont sur le point de naître ou de disparaître. Ce tableau me plaît beaucoup.

17/04/2022

J’ai décidé de faire une autre version de la composition « Entrelacer une grille dont les lignes horizontales passent par-dessus les lignes verticales à une grille dont les lignes verticales passent par-dessus les lignes horizontales ». Je voudrais que le procédé d’entrelacement des deux grilles transparaisse. Je veux effectuer la grille A avec les horizontales vertes et les verticales roses et la grille B avec les horizontales roses et les verticales vertes. J’effectue le dessin préparatoire sur une toile de 30 x 30 cm avec le crayon qu’utilisait Gramatzki. Je pense qu’il s’estompera mieux.

16/04/2022

J’ai pastellisé hier la composition « entrelacer une grille dont les lignes horizontales passent par-dessus les lignes verticales à une grille dont les lignes verticales passent par-dessus les lignes horizontales ». J’ai effectué les horizontales en rose et les verticales en vert sur un fond gris. Je suis contente car les couleurs produisent un effet qui atténue la régularité de la forme. C’est comme si le blanc de la toile cherchait à percer le gris du fond par endroits et comme si les couleurs par-dessus voulaient, par endroits, disparaître dans ce gris.

04/04/2022

Toujours concernant la fin de l’opposition planéité/volume, j’ai tracé aujourd’hui une nouvelle composition qui répond au principe suivant : « entrelacer une grille dont les lignes horizontales passent par-dessus les lignes verticales et une grille dont les lignes verticales passent par-dessus les lignes horizontales ». Je l’ai dessiné sur une toile de 30 cm x 30 cm. Sa structure est plus régulière que celle du «Dernier tableau en date 21/02/2022 ».  

02/04/2022

J’ai acheté trois toiles supplémentaires (60 x 60, 70 x 70, 80 x 80) pour ma série centrifuge/centripète.

21/03/2022

Je me dis aujourd’hui que j’aurais pu effectuer ces deux pastels sur une même feuille car la notion de diptyque est moins présente avec des œuvres sur papier me semble-t-il.

20/03/2022

Je poudre la composition tracée hier. Je suis contente du résultat. J’ai moins appuyé sur les tracés que dans la première œuvre. Je ne l’ai pas fait exprès mais ça ajoute un effet de l’ordre du « décalque » plutôt intéressant au vu du thème. Je vais la nommer « Dernier tableau en date 20/03/2022. Série original/copie (l’envers) » et ajouter « (l’endroit) » au titre de la première.  

19/03/2022

Je dessine le pendant du «Dernier tableau en date du 05/02/2022 » (le pastel sur papier entrelaçant une grille irrégulière et son image inversée) sur un papier de même format.

14/03/2022

J’ai acheté deux toiles pour continuer ma série centrifuge/centripète, une de 40 cm x 40 cm et une de 50 cm x 50 cm. J’ai aussi trouvé un crayon H5.

08/03/2022

Je regarde les formats de toiles standards possibles. Il y a beaucoup de marques différentes mais la plupart fonctionnent par paliers de 10 cm. Je me dis que je n’ai pas très envie de descendre en dessous de 30 cm x 30 cm pour les toiles. Je pourrais, dans le cadre du projet centrifuge/centripète, faire la série A en chiffre impaire (30 cm x 30 cm, 50 cm x 50 cm, 70 cm x 70 cm, 90 cm x 90 cm) et la série B en chiffre paire (40 cm x 40 cm, 60 cm x 60 cm, 80 cm x 80 cm, 100 cm x 100 cm) et réserver la toile de 120 cm x 120 cm pour un entrelacement final.

06/03/2022

Je recoupe aujourd’hui  « Dernier tableau en date du 05/02/2022 », « Dernier tableau en date du 10/02/2022 » et « Dernier tableau en date du 11/02/2022 » effectués au pastel sur papier. J’avais fait le premier sur une feuille plus large que les deux autres ce qui fait que j’ai pu la recadrer en carré en laissant une marge plus grande autour de la composition. Il faudra voir au moment de l’encadrement mais je me demande si ça ne fonctionne pas mieux ainsi. La composition du premier pastel avait des contours moins appuyés que ceux des deux autres, je les ai légèrement relevés.

26/02/2022

Aujourd’hui, je lis des articles de presse qui ont été écrits sur Gramatzki de 1972 à 2021. Dans plusieurs, il est indiqué qu’en plus de la craie, de la cendre et de l’aquarelle, elle travaillait avec un crayon graphite H5 qui présente l’avantage de posséder une mine dure qui laisse peu de dépôt. Le trait est ainsi peu visible. Il faudrait que j’essaie car, bien que je les aie gommés, j’ai trouvé les tracés un peu trop présents dans mon dernier tableau.

24/02/2022

Je repense à mes toiles et à cette histoire de centre identifiable ou non et je me dis que, dans une série qui tente de rendre visible la fin de l’opposition centrifuge/centripète, il faut que je fasse les mêmes compositions en version « non centrée » puisque c’est l’une des caractéristiques de la répétition infinie que de ne pas avoir de centre identifiable. Il faudrait que j’effectue des entrelacements selon un nombre pair de colonnes et de bandes également. J’imagine doubler ma suite de formats 15×15, 30×30, 60×60 et 120×120 d’une suite 12×12, 24×24, 48×48 et 96×96.

23/02/2022

Je pourrais faire une version gris/rose et centrifuge/centripète sur une toile de 30×30 et une version rose/gris et centripète/centrifuge sur une toile de 15×15 (la moitié). Je pourrais aussi faire leur double inversion c’est-à-dire une rose/gris et centrifuge/centripète et une gris/rose en centrifuge/centripète. Je pourrais continuer à doubler les formats 60×60 (30×2) pour le premier et 120×120 (60×2) pour le second. Cette variation des formats romprait d’autant plus la dualité que les diverses dimensions des surfaces m’obligeraient à diviser les supports soit selon une grille cruciforme (comme dans celui déjà fait) qui insiste sur le centre, soit selon une grille qui contient plus de trois bandes et trois colonnes dans lequel le centre est moins visible.

22/02/2022

Je me dis que je ne veux pas faire la composition miroir de l’opposition centrifuge/centripète, sur un même format. Procéder ainsi me rapprocherait trop du diptyque, or le diptyque ne permet pas de dépasser visuellement la dualité. Il faudrait que je fasse cette composition sur un autre format.

21/02/2022

J’ai terminé aujourd’hui la composition commencée hier. Le tableau fini me plaît énormément. Sa composition bancale est devenue très flottante avec l’ajout des couleurs peu tranchantes (gris vert et rose fané); c’est extraordinaire.

20/02/2022

J’ai décidé de refaire le dessin accordant grille centrifuge et grille centripète, sans erreurs cette fois. Après avoir effacé les tracés de la grille servant à l’entrelacement des deux autres grilles, j’ai été extrêmement surprise par le résultat. La composition est étrangement bancale.

12/02/2022

Aujourd’hui, j’effectue l’entrelacement noté hier sur un papier de petit format. Le résultat me surprend mais me plaît beaucoup. Parce que la composition est complexe et parce que j’ai peu appuyé mes tracés au crayon, le bleu et le rouge ne se détachent pas clairement l’un de l’autre. L’usage du pastel, que je réduis en poudre avant de l’appliquer au pinceau, doit jouer également dans cette indistinction.

11/02/2022

De Vinci a théorisé l’effet de profondeur produit par les fonds bleus et Matisse a rendu ses toiles plus planes en appliquant le bleu au premier plan. Je note que je pourrais rendre visible la fin de l’opposition planéité/relief en entrelaçant une grille bleue sur fond rouge et une grille rouge sur fond bleu.

10/02/2022

J’ai écouté une rediffusion d’une émission de Daniel Arasse dans laquelle il parlait de la perspective et cela m’a fait penser que je pouvais faire image de l’annulation de la confrontation entre volume/planéité en entrelaçant une grille abstraite frontale et une grille perspectiviste. Je l’ai fait au pastel sur un papier de petit format selon une division de cinq bandes et cinq colonnes. Je suis très satisfaite de l’œuvre finale et je pense que je pourrais la reproduire sur un tableau très grand. La composition est suffisamment complexe pour tenir.

08/02/2022

J’ai fait un rêve étrange, je faisais un grand tableau figuratif. Il était pour moi porteur d’une forte charge émotionnelle car il représentait des objets et meubles de ma famille. L’image de départ était un collage photographique que j’avais agrandi et imprimé en plusieurs parties sur des feuilles A4. La composition finale prenait l’apparence d’une grille parce que j’avais copié chaque feuille A4 en masquant les parties de la toile déjà peintes. Ça produisait des divergences de couleurs, des ruptures de tracés entre les parties, et c’est ainsi que transparaissait la grille.

05/02/2022

J’ai terminé un nouveau dernier tableau. Il s’agit d’une composition au pastel qui répond au procédé noté hier. Comme je voulais faire un petit format, j’ai décidé de l’effectuer sur papier. Le grammage des petites toiles est trop épais pour une composition si complexe. La composition finale est surprenante, elle semble répondre à une organisation en bandes uniquement verticales. C’est étrange car elle est organisée selon une grille de cinq bandes horizontales et cinq bandes verticales. J’aurais envie de la refaire en entrelaçant deux grilles de couleurs différentes pour voir ce que ça donnerait mais j’aime le fait que le principe de l’entrelacement ne soit pas compréhensible. Le rendu de l’ensemble est mystérieux, comme une image venue d’une autre culture.

04/02/2022

En consultant un livre sur le sujet, j’ai remarqué que de nombreux artistes ont effectué des compositions inversées des œuvres des maîtres qu’ils regardaient. Il faudrait, pour accorder l’original et la copie, entrelacer une grille irrégulière et son image inversée.

01/02/2022

Comme la composition tracée la semaine dernière me plaisait, j’ai décidé de la pastelliser quand même. Je voulais également essayer l’adhérence de la poudre de pastel sur une toile moins préparée (parce que neuve). Je trouve le résultat très beau. De loin, on dirait un monochrome gris rose/vert poudreux et terreux à la fois. Lorsqu’on s’approche, il se produit un double effet : il gagne en matérialité mais aussi en netteté.

25/01/2022

J’ai voulu réaliser aujourd’hui la version inversée de la composition faite la semaine dernière. Je me suis rendu compte à cette occasion que les compositions finales (de celle-ci comme de la précédente) ne correspondent pas au procédé d’entrelacer une grille centrifuge et une grille centripète. Tout simplement parce qu’au moment du passage de mon croquis de 3x3cm à la toile de 30x30cm, les tracés sont devenus des bandes. Les bords de la grille centripète qui étaient censés coïncider avec les bords réels sont en réalité tronqués comme ceux de la grille centrifuge.

18/01/2022

J’ai mis en couleur la composition effectuée la semaine dernière. J’ai utilisé deux gris (un tirant vers le vert et un tirant vers le rose) pour les bandes des grilles. C’est à peine perceptible mais les bords gauches des verticales et les bords hauts des horizontales tirent vers le rose tandis que les bords droits des verticales et les bords bas des horizontales tirent vers le vert. Entre les bandes, j’ai appliqué un mélange de poudre de pastel blanche et rose.

11/01/2022

J’ai réalisé aujourd’hui le dessin d’un dernier tableau cherchant à rendre visible la fin de l’opposition centrifuge et centripète. J’ai voulu effectuer une composition entrelaçant une grille dont les lignes les plus externes coïncident avec les bords de la toile et une grille dont les lignes sont tronquées par les bords de la toile. J’ai utilisé une toile de 30×30 cm qui m’avait déjà servie mais que j’ai repeinte et recouverte d’apprêt pour pastel.